Un des contes d’Andersen les plus étincelants, rendu récemment familier par le cinéma. Un fragment de miroir maléfique vient se ficher dans l’oeil de Kay, un jeune garçon au coeur pur amoureux de Gerda. Il devient alors froid et irascible. La Reine des neiges l’enlève sur son traîneau, et Gerda, qui le croit mort ou disparu, guidée par ses sentiments amoureux, part à sa recherche, rencontrant des personnages étranges qui l’aident à avancer dans sa quête. Elle termine son périple chez la Reine des Neiges où elle retrouve enfin son ami qu’elle libère de son sort. L’amour et la raison permettent à Gerda de surmonter des épreuves que personne d’autre qu’elle n’aurait su dominer.

14,20 € sur Amazon

Couverture du conte de fée "La reine des neiges"

Couverture du conte de fée “La reine des neiges”

conte de fée court - page 1

conte de fee a lire - page 2

LES FRAGMENTS D’UN MIROIR. Ce récit commence avec un bien méchant personnage, l’un des plus terribles – le diable en personne. Un jour, il avait créé un miroir qui réfléchissait, bien plus qu’en réalité, ce qui était mauvais et laid. Le miroir rendait les plus beaux paysages tels des épinards cuits, et les êtres les plus beaux y étaient laids à faire peur. Le diable s’amusait beaucoup de ce miroir déformant. Il dirigeait par ailleurs une école, et tous ses élèves convenaient que le miroir était une merveilleuse invention. Pour la première fois, pensaient-ils, on pourrait voir comment le monde et les hommes étaient vraiment. Ces élèves emportèrent le miroir partout. Ils s’envolèrent même jusqu’au ciel pour montrer à Dieu et à ses anges comment était vraiment le monde, mais en s’élevant de plus en plus, le miroir, reflétant de plus en plus de laideur, se mit à trembler et, devenu trop lourd, glissa de leurs mains et tomba à terre où il se brisa en mille morceaux.

conte de fées - page 3

Cette myriade d’éclats pas plus grands que des grains de sable vola au-dessus du monde entier, ce qui engendra un malheur bien plus grand encore. Si l’un d’eux pénétrait dans votre œil, vous ne pouviez plus vous en débarrasser, et il déformait tout ce que vous voyiez. Il suffisait qu’un des éclats de verre parvienne dans le cœur de certaines personnes pour qu’il devienne dur et froid comme de la glace. D’autres étaient assez grands pour qu’on les utilise comme des vitres, et personne n’aurait voulu voir ses amis à travers ces fenêtres. Des fragments plus petits du miroir servirent à faire des lunettes, et les gens qui les portaient ne pouvaient faire la différence entre ce qui était juste et ce qui ne l’était pas. Le diable en était ravi et riait aux larmes. Enfin, il y eut encore quelques éclats du miroir qui volèrent dans l’air et voici l’histoire de deux d’entre eux.

conte de fee francais - page 4

UN PETIT GARÇON ET UNE PETITE FILLE. Il y avait dans la ville tant de maisons que bien peu de ses habitants pouvaient avoir un jardin, mais deux enfants pauvres, un garçon appelé Kay et une fille appelée Gerda, possédaient cette merveille. Ils habitaient l’un en face de l’autre dans la mansarde de deux maisons aux toits séparés seulement par une gouttière. Leurs parents avaient installé deux caisses en bois où poussaient des herbes ainsi qu’un rosier. Les enfants s’aimaient comme frère et sœur, et l’été, ils s’asseyaient sous les roses et ne jouaient nulle part mieux que là. En hiver, lorsque les fenêtres avaient gelé, Kay et Gerda chauffaient une pièce de cuivre et la plaçaient un instant sur la vitre gelée, ce qui formait un petit rond à travers lequel ils pouvaient se voir. Ils descendaient alors les nombreux étages d’un côté et les remontaient ensuite de l’autre pour se retrouver. Un jour, alors que la neige au-dehors tourbillonnait, la grand-mère dit aux enfants : « Regardez, ce sont les abeilles blanches qui papillonnent. » « Est-ce qu’elles ont aussi une reine ? » demanda le petit garçon. « Mais bien sûr, dit grand-mère. Elle vole là où les flocons sont les plus serrés, c’est la plus grande de toutes et elle ne retombe jamais à terre, elle remonte dans les nuages noirs. Les nuits d’hiver, elle vole à travers les rues, regarde par les fenêtres et laisse dessus des fleurs de gel. » « Oui, nous en avons vus », dirent les enfants. Puis la grand-mère continua à leur raconter d’autres histoires. Ce soir-là, quand Kay alla se coucher, il regarda par la fenêtre. Quelques flocons de neige tombaient encore, et l’un d’eux, le plus grand, atterrit sur le rebord d’une des caisses de fleurs. Il grandit et finit par devenir une femme vêtue d’une robe blanche faite de millions de flocons en forme d’étoiles. C’était la Reine des Neiges. Elle était très belle, faite de glace aveuglante et scintillante. Ses yeux étincelaient comme deux étoiles, mais il n’y avait en eux ni calme ni repos. Elle fit un signe de la tête à Kay. Il prit peur, et crut voir un grand oiseau volant devant la fenêtre.

conte de fee pour dormir - page 5

Lisez la suite pour
14,20 € sur Amazon

{{ reviewsOverall }} / 5 Membres (0 votes)
Criterion 1
Commentaires Vous devez être membre pour noter
Trier par

Soyez la première personne à laisser un commentaire !

User Avatar
/ 5
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}